Home / Architecture  / AFRIQUE ARCHITECTES  / Carré hinnoudo un chantier-école,la maison-modèle de Porto-Novo au Bénin par Romain BOBOE

Carré hinnoudo un chantier-école,la maison-modèle de Porto-Novo au Bénin par Romain BOBOE

Projet de maison bio-climatique Commande privée ; Surface : 525 m2 ; Lieu : Porto-Novo, Bénin Architecte Mandataire (Conception, Développement) : Romain BOBOE www.dardachi.com Architecte Local (Exécution): Jean Paul Houndeffo. Collaborations chantier: Laura Marcheggiano  (Architecte Spécialiste du Pisé ) Dominik Abbrederis  (Technicien  -

Projet de maison bio-climatique
Commande privée ; Surface : 525 m2 ; Lieu : Porto-Novo, Bénin
Architecte Mandataire (Conception, Développement) : Romain BOBOE
Architecte Local (Exécution): Jean Paul Houndeffo.
Collaborations chantier:
Laura Marcheggiano  (Architecte Spécialiste du Pisé )
Dominik Abbrederis  (Technicien  – Pisé)
Assistant Maitrise d’ouvrage et pilotage :  Sedjro MENSAH

Ce projet est avant tout, la rencontre d’un architecte engagé sur les sujets environnementaux et un homme de culture très attaché aux valeurs et aux traditions africaines.

« Ma volonté en tant qu’architecte a été de concilier dans un geste très symbolique et contextuel, la modernité dans les lignes et les volumes et la tradition par les matériaux et les teintes qui sont les plus utilisées dans la ville de Porto-Novo capitale du BÉNIN comme dans plusieurs région d’Afrique. »

Le projet est une combinaison entre habitat et nature qui intègre les espaces d’élevage ou de culture.  Une expérience de maison partiellement autonome sur les différents aspects avec de nombreuses références à l’habitat traditionnel en Afrique.

Le programme était dès le départ fortement contraint par un calendrier de réalisation en deux temps : deux phases de chantier devant permettre d’occuper la maison dès la première tranche. A cela s’ajoute une volonté du client d’avoir une grande salle d’exposition, un arbre au milieu de la cour, un mur végétalisé qui serait visible à tous les niveaux.

Le concept était d’inscrire la maison de la manière la plus douce qui soit dans son site, par respect pour le contexte mais aussi pour afficher l’esprit d’un dialogue entre la nature, les volumes sombres ainsi que les matériaux  de la mise en œuvre.

L’ouverture de l’ensemble des pièces de la maison sur le jardin, renforce cette continuité et ce lien étroit entre l’intérieur et l’extérieur qui sont autant de lieux de vie dans une maison africaine. Cela s’illustre entre autre par la faible emprise au sol de la maison, la séparation des blocs de fonction et la transparence des parois qui assurent une continuité visuelle sur certains axes.

Dès le début du projet il était question de valoriser au mieux les matériaux naturels tel que la terre et le bois. Mais il était aussi important de pouvoir garder une lecture du plan qui reflète le contexte dans lequel il s’inscrit.

La séparation des groupes de fonctions assure une forme d’indépendance des lieux de vie en référence aux maison traditionnelles,d’habitation regroupée autour d’une cour commune.

Ici nous avons des espaces (chambre et séjour) qui s’articulent autour de la cuisine. Leur séparation favorise une isolation acoustique et une meilleure circulation de l’air à travers l’ensemble de la maison.Au sous-sol, une grande salle de réunion prévue pour servir d’espace d’information sur les projets lui-même et sur les différents acteurs qui y participent.

A l’étage l’on retrouve une série de chambres distribuées par une coursive qui protège des rayons directs du soleil. Au-dessus de séjour se situe, une terrasse ouverte prolongée par un espace planté ponctué de jarres.

Les trois principaux matériaux sont le pisé, utilisé en intérieur au sous-sol et au RDC, la terre cuite utilisée au RDC et le bois à l’étage.

L’utilisation du béton est limitée au parois porteuses du sous-sol pour également des question d’étanchéité.

L’intention a toujours été de réaliser une maison bioclimatique qui intègre un ensemble de dispositifs permettant de limiter les besoins en eau et en électricité.

En tant qu’architecte je suis très sensible aux questions environnementales et j’estime que notre devoir est aussi d’apporter des réponses architecturales avec de faible empreinte écologique.

L’utilisation de la terre stabilisée peine à s’imposer, dans l’architecture contemporaine au sud du Bénin et j’estime que le devoir de l’architecte est aussi d’informer, de rassurer, de mobiliser autour de ces alternatives au béton.

Ce chantier , n’aurait pas été possible sans l’association de techniciens spécialistes pour assurer la bonne faisabilité des murs en pisé et former les jeunes locaux à ces mêmes techniques.

Il n’existe pas à ma connaissance d’autres exemples identiques de ce processus  de construction au bénin.

Plus d’information sur le blog crée par le fils du client :

http://hinnoudo.blogspot.fr/

nicouer@yahoo.fr

Architecte diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Consultant en Innovation, Steve est le fondateur et directeur de publication du webmagaine archicaine.

Review overview
NO COMMENTS

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :