Home / Architecture  / Khamsa House : résidence privée en terre au Sénégal, Atelier Koé

Khamsa House : résidence privée en terre au Sénégal, Atelier Koé

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Khamsa House: résidence privée en terre au Sénégal, Atelier Koé Petite Côte, Sénégal Client : Privé Architectes : Atelier Koé « Petite Côte du Sénégal » est une portion de la façade Atlantique, juste au Sud de Dakar, avec des plages de sable

Khamsa House: résidence privée en terre au Sénégal, Atelier Koé

Petite Côte, Sénégal

Client : Privé

Architectes : Atelier Koé

« Petite Côte du Sénégal » est une portion de la façade Atlantique, juste au Sud de Dakar, avec des plages de sable blanc refroidis par un alizé constant, ombragé par d’immenses cocotiers et des nobles arbres Kapok. Les résidences qui figurent dans cette localité sont des maisons de verre modernes, aux allures locales.

Khamsa House était le rêve d’un client qui voulait une maison offrant un oasis naturel et un lieu de rassemblement. Le programme consistait en la construction d’une maison moderne comportant deux chambres et un grand espace ouvert destiné à recevoir des amis. La maison devait comporter un point d’eau ainsi que des vues sur le paysage naturel existant.

L’atelier Koé, agence d’architecture basée à Dakar qui réalise des projets exclusivement réalisés en terre, brique de terre, disposait d’une liberté totale, une carte blanche. L’entreprise construit Khamsa, traduction arabe du chiffre cinq, avec une série de symboles ovales destinés à conjurer le mauvais œil et maintenir la paix.

Selon Richard Rowland, directeur de l’atelier Koé :

« Khamsa », l’œil dans la main, reconnu comme un signe de protection, est le symbole avec lequel nous avons joué durant le processus de conception. Le concept du projet tourne autour de la notion de transition, de l’intérieur vers l’extérieur, ainsi que la réflexion sur l’absorption, du sec vers l’humide, du social à l’intime. »


Le site comportait quelques grands palmiers et acacias anciens en périphérie, et d’autres arbres fruitiers nouvellement plantés, qui ont tous été conservés. La maison et les extérieurs (garage, buanderie, maison du gardien), ainsi que la piscine et le jacuzzi ont tous été positionnés entre les éléments paysagers existant de manière à minimiser l’impact sur l’existant et maximiser les vues.

Le plan d’étage a été pensé de manière à offrir une vue imprenable sur la piscine, un grande piscine équipée d’un système de filtration naturel, évitant l’usage de chlore et de produits chimiques pour le traitement de l’eau dans cet étang bordé de plantes.

Un des éléments qui rend ce projet unique, c’est le matériaux utilisé pour sa construction : la terre. Alors que la grande majorité des constructions de la région utilisent des techniques de construction traditionnels, modernes, cette maison est verte à partir du sol. La terre prélevée du site est utilisée pour fabriquer des briques en terre.

La machine qui fabrique les briques d’argile a ainsi utilisé la terre extraite en creusant la piscine, permettant la construction des murs avec une matière première facilement disponible. Il n y avait donc pas de déchets de construction ou de perte d’espace.

La terre a été utilisée pour construire avec succès pendant 11000 ans, alors pourquoi devrait-on arrêter ou le remplacer par du béton (qui est vraiment un nouveau matériau de construction dans l’ordre des choses) ?

La construction est faite de Briques de Terre Compressées (BTC) stabilisés avec 8% de ciment de Portland pour la maison principale, et de terre pure pour les dépendances. Sur la petite dépendance, les architectes expérimentent la construction d’un mur de terre pure avec une double stabilisation de ciment et de chaux, qui donne un aspect et une texture différente. Compte tenu des résultats encourageant, l’équipe espère expérimenter davantage cette technique dans ses futurs projets.

Les murs, plus épais que ceux utilisés dans les constructions en béton standards, aident à modérer la température intérieure dans une région où les températures passent du sec à l’humide, permettant de refroidir la maison pendant les périodes chaudes tout en modérant la température et en améliorant la qualité de l’air intérieure.

À l’intérieure de la maison, des murs de plâtre sans toxiques, génère une atmosphère fraîche, et calme respirant de la même manière que les briques de terre, aidant à réguler la température intérieure. La toiture, d’une épaisseur de 40cm, contribue aussi à l’écoulement d’air plus uniforme, ce qui permet une ventilation naturelle d’air et de l’isolation en plus d’offrir une vue exceptionnelle.

Le buffet personnalisé de la cuisine a été construit par des artisans locaux. Le salon illustre les transitions fluides entre l’intérieur et l’extérieur, qui sont une caractéristique de la conception de l’agence.

L’isolation est assurée par l’intermédiaire d’une couche de terre versée sur la toiture, sur laquelle on rajoute une peinture waterproof réfléchissant la chaleur. L’eau de la piscine naturelle circule à travers un bassin comportant des plantes où les racines des plantes aquatiques filtrent les bactéries et les débris, éliminant ainsi le besoin de produits chimiques.

Les plantes à leur tour créent un écosystème qui attire les libellules, les grenouilles et autres insectes qui mangent les larves de moustiques. Une pompe à eau solaire est nécessaire pour maintenir l’eau aérée et en mouvement pour un minimum de 8 heures par jour. Les concepteurs ont recommandé des poissons qui se nourrissent d’algues pour gérer les fluctuations d’algues durant les mois très chauds.

« Après quelques mois, lorsque les plantes seront matures, la piscine se stabilisera et s’autorégulera, nécessitant très peu de maintenance »

 

La maison de 1158,24 mètres carrés, dont les murs épais en brique de terre « respirant » absorbent l’humidité et refroidissent l’intérieur, est également autonome, grâce à des panneaux solaires et des éoliennes. La production hybride est récoltée dans les mêmes unités de stockages. L’installation est calibrée pour être auto-suffisante avec le soleil, tandis que le vent agit comme un bonus de recharge les batteries lorsqu’il n’y a pas de soleil. La maison dispose également d’un jacuzzi avec des pompes alimentées par des panneaux solaires en toiture.

Les avantages de cette maison à la fois pour le propriétaire et l’environnement sont nombreux. En tant que modèle écologique, il offre au propriétaire une maison moderne, autosuffisante, avec une faible emprunte environnementale. Le coût de la construction était de 15% inférieure à celui d’une maison classique, et la population locale a bénéficié d’emplois qui seraient autrement effectué par des machines.

« En fin de compte, le processus de réflexion est que nous créons un habitat sain, beau et fonctionnel, mais qui étant fait en terre, pourra un jour retourner d’ou elle vient, donc être recyclé, transformé ou absorbé naturellement de nouveau par la terre. C’est un concept assez fort quand vous y réfléchissez. Nous avons l’impression que trop de structure sont réalisées sans penser au recyclage ou à l’impact du bâtiment sur l’environnement local (et mondial) ».

Source

rakouate@yahoo.fr

<p>Architecte diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille, Rakiétou est très attachée à la recherche d’une architecture moderne africaine, propre aux climats et aux modes d’habiter de nos régions.<br /> Convaincue de l’importante que peut avoir l’habitat dans l’amélioration des conditions de vie, elle milite pour une architecture sociale qui met l’individu au cœur du projet.</p>

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT