Home / URBANISME  / INTERVIEWS  / Parcours d’architecte entretien avec Noé Briand ZOHOUN

Parcours d’architecte entretien avec Noé Briand ZOHOUN

Dans la suite de notre dossier sur la formation à l’EAMAU, il nous a semblé légitime de prolonger notre investigation en interrogeant les principaux acteurs de cette structure : ces jeunes futurs architectes et urbanistes d’Afrique

parcours-darchitecte-entretien-avec-noe-briand-zohoun-1

Dans la suite de notre dossier sur la formation à l’EAMAU, il nous a semblé légitime de prolonger notre investigation en interrogeant les principaux acteurs de cette structure : ces jeunes futurs architectes et urbanistes d’Afrique et d’ailleurs. Les étudiants, venus des 4 coins du continent, sont remplis d’espoir et font preuve d’une ambition sans frontière en intégrant cette école. Noé Briand ZOHOUN a été de ceux là. Il a accepté de nous dévoiler le temps d’une interview une partie de lui, de ses rêves d’architecte qui l’ont toujours habité, son parcours à l’EAMAU, les connaissances qu’il y a acquis et surtout son parcours professionnel après l’école.

Portrait d’un homme qui a su aller au bout de sa passion.

Curriculum Vitae

ZOHOUN  Noé  Briand
Architecte-Urbaniste DEIAU (Consultant Indépendant)

Né le 11 Mars 1989 Nationalité Béninoise

Diplôme d’Architecte-Urbaniste obtenu –  Juin 2012
Ecole Africaine  des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme  (Lomé-TOGO)

Formation en Architecture et en Urbanisme
Mémoire sur le thème : Le Développement Urbain face à l’Insécurité et aux risques Civils

Etudes secondaires
Collège Catholique Père Aupiais (CCPA) Obtention du Baccalauréat (série C) – Mention ‘’Très Bien’’

Etudes primaires
Complexe Scolaire ‘’ La Source’’ Obtention du Certificat d’Etudes Primaires

Maîtrise des Logiciels :
Archicad,  Autocad, Photoshop,  Artlantis, Microsoft Office

Membre de :

l’Ordre National des Architectes et des Urbanistes du Bénin (ONAUB) / N°143

l’Association des Anciens Elèves de l’EAMAU

Stages pratiques et professionnels dans les Cabinets d’Architecture suivants : Cabinet d’Architecture et de programmation TATA (Cotonou) / Consortium International d’Ingénieurs, Architectes et Urbanistes (CIAU) à Lomé / Cabinet d’Architecture ECE (Etudes-Consultance-Expertises) à Dakar / Cabinet d’Architecture Afrique Omnitech à Cotonou / …

Quelles sont les raisons pour lesquelles vous aviez choisir  devenir architecte ?

J’étais enfant quand je jouais sous les tables à dessins de mon père, lui aussi Architecte. C’est surement de là qu’est née en moi cette passion pour le métier. En grandissant, j’ai très vite développé une attirance pour le dessin avec un goût prononcé pour la géométrie et les beaux volumes. En classe terminale, sous réserve de mon baccalauréat scientifique que j’ai obtenu avec mention très bien, j’ai passé le concours d’entrée à l’Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme ; et je fus reçu premier avec une bourse d’études de l’Etat Béninois que je salue. Cela, en effet, m’a davantage conforté dans ma décision de devenir Architecte.

Quel a été votre parcours ?

Mon parcours s’est déroulé à l’Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme sur une durée de six années pendant lesquelles j’ai reçu une formation complète en Architecture, mais aussi en Urbanisme.  Au total 15 certificats validés (avec des ateliers pratiques  et des projets d’application sur site) sanctionnés par le grade d’Architecte Urbaniste après une soutenance publique devant un jury international sur le thème : Le Développement Urbain face à l’Insécurité et aux risques Civils

Quels sont les grands principes sur lesquels on vous forme ?

A l’EAMAU, la formation tient particulièrement compte  du contexte  et des réalités  des  villes Africaines afin de produire des acteurs urbains immédiatement opérationnels. L’accent est mis sur la notion du développement durable.  Le social, l’environnemental, et l’économique sont les trois principes majeurs qui nous guident dans  tout projet urbain. De façon particulière, en architecture nous recherchons avant tout la fonctionnalité, mais aussi l’esthétique et la solution économique la plus rentable pour le maître d’ouvrage.

Au cours de votre formation, aviez-vous eu des modèles d’architectes ou aviez-vous fait  des rencontres  qui ont orienté ou influencé vos choix aujourd’hui ?

Nombreux sont les Architectes sur les plans national et international qui m’ont inspiré de part la conception de leurs œuvres ou encore de part le courant d’idées auquel ils ont appartenu.

De façon particulière, les théories de  (Le Corbusier), de  Ludwig Mies van der Rohe, de Walter Gropius, ou encore de Frank lloyd wright avec l’exploration de la dimension organique de l’Architecture ont fortement orienté mes choix.

Comment aviez –vous vécu votre retour au Bénin ?

Le retour au Bénin pour servir mon pays fût un immense plaisir. Très tôt j’ai intégré l’Ordre des Architectes et des Urbanistes sous le numéro 143, en jurant d’exercer ma profession avec conscience et probité. Ayant compris qu’il y avait encore beaucoup à faire pour améliorer et rendre meilleur le cadre de vie des populations béninoises mais aussi africaines, je me suis donc immédiatement mis à la tâche avec ardeur et mon insertion professionnelle s’est faite progressivement avec le soutien des anciens et notamment de  mon père, lui aussi dans le métier.

Un bilan de votre exercice professionnel et quelles sont les difficultés pour un jeune architecte au Bénin ?

L’architecte doit s’organiser et travailler énormément pour espérer une perfection dans ce qu’il fait. L’école  n’enseigne pas tout, il a fallu s’imprégner des différents textes de loi  du métier. Il faut aussi s’adapter aux réalités du terrain. Sans vouloir décourager les plus jeunes, il faut dire que la réalité professionnelle  met face à des difficultés  qui exigent une grande dose de patience et de responsabilité. Certains maîtres d’ouvrage, surtout les particuliers, parfois en toute conscience ou dans un souci d’économie, ont tendance à  bafouer les règles importantes de sécurité, de fonctionnalité. Il faut beaucoup de caractère pour les ramener à la raison au risque des fois de perdre le marché.  D’autres semblent ne pas comprendre l’importance de l’architecte et hésitent à le payer à sa juste valeur. Pour les concours d’architecture, ils sont rares, se déroulent presque souvent avec une lenteur qui n’encourage pas et  les conditions pour y participer  tendent souvent à exclure les plus jeunes.

Actualité

Noé Briand ZOHOUN est Architecte-Urbaniste, Directeur Technique du Cabinet d’Architecture et de Programmation TATA sis à Cotonou. Notre objectif primordial est d’offrir à tout un chacun un cadre de vie idéal qui reflète aussi bien ses valeurs que ses qualités de vie. Avec plusieurs collaborateurs, nous vous conseillons et pilotons vos projets de la conception à la réalisation. Voici quelques uns de nos projets en cours ou déjà réalisés, allant de la villa individuelle aux grand immeubles.

 

 

 

Entretien réalisé par Steve Nicoué KOTEY Architecte DE/Consultant en Innovation/

 


nicouer@yahoo.fr

Architecte diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Consultant en Innovation, Steve est le fondateur et directeur de publication du webmagaine archicaine.

Review overview
NO COMMENTS

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :