Home / Architecture  / Parenthèse ouverte : Une médiathèque en terre à Pèrèrè au Bénin par Carole VALLEAU

Parenthèse ouverte : Une médiathèque en terre à Pèrèrè au Bénin par Carole VALLEAU

[vc_row][vc_column][vc_column_text]La demande de la ville de Pèrèrè (Nord Bénin) était de créer un espace de lecture, de culture, un lieu qui rassemble et instruit : une médiathèque. Ce projet a été réalisé dans le cadre de

La demande de la ville de Pèrèrè (Nord Bénin) était de créer un espace de lecture, de culture, un lieu qui rassemble et instruit : une médiathèque. Ce projet a été réalisé dans le cadre de mon master à l’école d’architecture de Rennes, et a été déterminant pour mon futur métier d’architecte.

PROJET

La parcelle proposée est située dans le premier grand virage de l’entrée Nord de la ville, le long de la nouvelle route goudronnée. Je suis partie de ce constat, et j’ai pensé qu’il serait bon de marquer et de magnifier l’entrée de la ville, en accentuant et mettant en scène la courbe du virage, par un passage piéton valorisé et sécurisé. C’est un des premiers équipements publics que l’on verra en arrivant à Pèrèrè, il aura donc vocation de repère dans la ville. Il me semblait aussi essentiel de pouvoir traverser directement la parcelle pour rejoindre le marché, d’où la création d’une allée centrale, coupant la parcelle en deux.

IMPLANTATION

La parcelle est ensuite divisée en 3 espaces, du plus ouvert au plus fermé.

Tout d’abord, un espace public libre permet notamment le stationnement des motos à l’ombre. Ensuite vient l’espace forum : il s’agit d’un amphithéâtre extérieur permettant de multiples animations ou représentations culturelles, avec le baobab comme arrière-plan de scène. Puis, la médiathèque, constituée de 3 bâtiments forme un espace bien clos (comme le stipulait le cahier des charges). Enfin, un passage ombragé lie ces 3 espaces : une structure bois se déploie suivant la courbe du virage pour former l’amphithéâtre et mener au parvis de la médiathèque ; en montant progressivement, suivant la pente du terrain. Sa forme étirée de chaque côté permet d’agir comme signalisation pour annoncer et sécuriser la traversée des piétons aux deux extrémités. Cette structure pourra accueillir des commerçants ponctuels, des gens voulant lire, ou juste faire la sieste.

Prendre en compte ce qui est présent et l’utiliser à bon escient est pour moi primordial. C’est pourquoi j’ai fait le choix de conserver et de réhabiliter le bâtiment existant (ancienne circonscription scolaire) et sa fonction d’atelier pour les femmes (couture, création) ainsi que les deux arbres récemment plantés à l’arrière.

Le nouveau bâtiment vient créer le lien avec l’amphithéâtre extérieur, en s’alignant le long de la ruelle centrale qui va vers le marché et en s’accolant au bâtiment existant. Un décalage est opéré sur la partie basse du bâti pour l’orienter au sud-ouest (sens du vent) pour une meilleure ventilation naturelle. Ce placement en « L » permet ainsi d’obtenir une cour centrale, fermée par un mur épais. Ce mur d’enceinte en terre crue, comprend différentes fonctions : écran amovible pour projection de vidéos, alcôves pour lire, estrade pour s’asseoir, ouvertures et rangements.

PARCOURS

Le placement du nouveau bâtiment en entonnoir forme l’entrée de la médiathèque, laissant le visiteur apercevoir la cour arborée en arrière-plan.

L’entrée se fait par un portail donnant sur un hall couvert, pouvant recevoir ponctuellement des expositions. Tout de suite à droite en rentrant, l’accueil permet au surveillant d’avoir une bonne visibilité sur l’ensemble. Dans ce premier espace bien fermé, se trouvent un maximum de livres et l’espace informatique. Un espace de lecture est accolé directement à ce premier bâti et fait la liaison avec le bâtiment existant.

Dans le second bâtiment, au nord, à gauche en entrant, se trouve au RDC, un espace de lecture pour les enfants. Une grande estrade permet de monter à l’étage où se trouve l’espace de travail pour les adultes ; espace qui propose également une belle vue sur les toits de Pèrèrè.

Ensuite, dans le bâtiment existant réhabilité, l’entrée sur rue est conservée et une partie de l’espace est consacrée à l’atelier pour les femmes, tandis que le reste forme un petit logement et les pièces d’eau.

Enfin, au cœur de ces bâtiments, protégée de la poussière et du bruit de la rue, une cour ombragée permet d’apporter un peu de fraicheur, et d’accueillir les gens lors de réceptions.

TECHNIQUES DE CONSTRUCTION

En ce qui concerne le bâtiment créé, les murs épais, en terre locale, permettent de conserver la fraicheur à l’intérieur : ils seront faits ici de briques d’adobes séchées au soleil ou de bauge. L’innovation intervient dans la toiture qui va rendre le bâtiment étanche et assurer sa pérennité. Une structure métallique inclinée au sud-ouest, mettra à distance le toit de tôle, provoquant une accélération du flux d’air et ainsi une ventilation naturelle gratuite. C’est une innovation que l’on doit à l’architecte burkinabé Francis Kéré. Les débords de toiture seront important pour éviter l’eau de s’infiltrer dans les murs. De grandes gouttières, et un système enterré de récupération des eaux de pluies sera aussi mis en place. A l’intérieur, les planchers seront réalisés en quenouilles et les plafonds en voûtains de briques, pour augmenter l’inertie et conserver une température fraiche à l’intérieur. Des pots de Sé pourront être intégrés dans les murs de bauge pour créer des ouvertures, apportant lumière pour la lecture.

Le confort thermique et la pérennité sont indispensables à ce centre culturel, et peuvent être obtenu à bas coût. Utiliser les ressources locales (la terre notamment), la main d’œuvre locale, en les associant aux innovations, c’est ainsi que Pèrèrè tendra vers une modernité qui révèlera son identité. La clé réside bien dans l’alliance des innovations contemporaines et des savoir-faire traditionnels.

Tout en gardant l’harmonie et le caractère du lieu, cet ouvrage deviendra un repère dans Pèrèrè. On pourra s’y rencontrer, lire, surfer sur le net, apprendre, communiquer, observer, travailler, se rassembler… ce lieu multifonctionnel se vaudra aussi intergénérationnel.

nicouer@yahoo.fr

Architecte diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Consultant en Innovation, Steve est le fondateur et directeur de publication du webmagaine archicaine.

Review overview
NO COMMENTS

Laisser un commentaire