Home / URBANISME  / AFRIQUE:Pour une vraie politique du logement et de l’aménagement du territoire

AFRIQUE:Pour une vraie politique du logement et de l’aménagement du territoire

La politique actuelle gouvernementale au BENIN  ne répond toujours pas encore aux attentes en thème d'amélioration de notre cadre de vie. Sans changement de cap, une grave crise nous attend. On connaît la force d'une activité soutenue

La politique actuelle gouvernementale au BENIN  ne répond toujours pas encore aux attentes en thème d’amélioration de notre cadre de vie.
Sans changement de cap, une grave crise nous attend. On connaît la force d’une activité soutenue du BTP, générateur d’emplois, de taxes multiples, etc.
Le manque de  logements,  avec beaucoup de béninois mal logés, constituant un potentiel et un réservoir d’activité, peut-être le seul clairement identifiable dans notre société.
Nos politiques, ce succèdent avec les mêmes constats absence d’une politique de relance par le BTP.
Soyons sincère, les  récentes opérations de logements sociaux sont montées avec la seule motivation du profit rapide, sans analyse des besoins locaux, profilées sur les capacités financières des acquéreurs. Cela s’est trop souvent traduit par la construction de milliers de logements locatifs ne correspondant pas à la demande, dans des situations inappropriées, quand ce ne furent pas des sites remarquables bétonnés, dans les villages métropolitains. Enfin l’éclatement d’une bulle spéculative a provoqué faillites de promoteurs et d’entreprises et laissé moult investisseurs désemparés…
Si l’on veut satisfaire la demande de logements, il faudrait mettre en place une approche nouvelle de l’acte de construire et une véritable réfection de l’aménagement du territoire.
Un frein évident à l’investissement immobilier vient du coût de plus en plus élevé de la construction, d’une part à cause d’une concurrence qui tend sur certains marchés à se limiter à un partage entre les grands groupes du BTP et d’autre part par la négligence des matériaux locaux, plus générées par les appétits des industriels que pour satisfaire l’usager sans oublier l’insécurité foncière. Or, la vraie qualité de vie vient d’abord de la localisation de l’habitat, de la proximité des différents lieux d’activité, travail, logement, services… Nous allons payer une période d’expansion urbaine délirante essentiellement guidée par le profit à court terme et une conception de l’espace induite par le tout automobile. Les milliers d’hectares consommés par les voies, échangeurs et rond-points, dans lesquels des parts de plus en plus importantes de la population perdent un temps infini chaque année, s’accompagnent de la création de zones pavillonnaires.
Ce délire pavillonnaire qui a rejeté la population de plus en plus loin des centres, est le cancer de nos paysages, un vecteur de pollution, d’endettement et de perte de qualité de vie. Ce modèle de croissance urbaine n’est toujours pas remis en cause par la préoccupation environnementale. Il est clair que le système se traduit par la défense d’intérêts de lobbies puissants et non par une volonté d’aménagement cohérent du territoire.
POLITIQUES ÉTATIQUES DE COURTE VUE
Pourtant les architectes et les urbanistes et, de plus en plus, la sphère politique responsable, ont compris qu’il faut construire la ville sur la ville. Utilisons les friches, les biens fonciers et immobiliers de l’Etat et des collectivités pour des opérations de restructuration urbaine exemplaires, redessinons et “paysageons” les zones péri-urbaines. Etendons-nous moins et construisons intelligemment ! Demande du CPAUD
Nous venons ainsi milité, pour que les plans de relance se positionnent dans la durée, que l’on redonne au politique son sens en s’engageant dans une stratégie de requalification de notre cadre de vie.
Les élus doivent utiliser les moyens à leur disposition pour que la ville ne soit pas seulement produite par la course au profit mais par une évolution raisonnée et solidaire, non dispendieuse d’espace, écologique, innervée par des réseaux économes et performants.
Les outils existent, il faut la volonté et la compétence d’imaginer et d’entreprendre le futur, sans rester bloqué sur des échéances électorales. Il faut dénoncer le yoyo de politiques étatiques de courte vue, élaborées au gré du vent, ballottées par les événements, et proposer une vraie politique du logement et de l’aménagement du territoire.
A l’heure des remaniements ministériels cosmétiques, à quand un grand ministère ambitieux et visionnaire de l’architecture, de l’environnement et du cadre de vie ?
SNK

Parce que l’architecture se trouve au confluent d’enjeux de tous ordres — politiques, sociaux, économiques, esthétiques CPAUD(ARCHICAINE.org)  entend utiliser cette position privilégiée, et insuffisamment exploitée, pour observer les transformations de notre environnement et éclairer sous cet angle celles de la société dans son ensemble.

nicouer@yahoo.fr

Architecte diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Consultant en Innovation, Steve est le fondateur et directeur de publication du webmagaine archicaine.

Review overview
NO COMMENTS

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :