Home / Architecture  / Sankofa House par le collectif M A M O T H à Abetenim,GHANA 2015

Sankofa House par le collectif M A M O T H à Abetenim,GHANA 2015

[vc_row][vc_column][vc_column_text]En août 2015, la fondation NKA organise un appel à idées et un concours international d’architecture pour promouvoir de l’activité sur les sites qu’elle occupe au Burkina Faso et au Ghana. La « Mud Hut Competition 2014, reinventing the African

En août 2015, la fondation NKA organise un appel à idées et un concours international d’architecture pour promouvoir de l’activité sur les sites qu’elle occupe au Burkina Faso et au Ghana. La « Mud Hut Competition 2014,
reinventing the African mud hut together» est une compétition ouverte aux jeunes architectes qui pensent qu’une architecture de terre, à forte connotation traditionnelle et rurale, peut être belle et innovante.

Le sujet, une unité d’habitation familiale construite pour moins de 8000 dollars, doit aider à la revalorisation des techniques constructives traditionnelles et promouvoir les savoir-faire locaux. De cette compétition, émergent une dizaine de projets sélectionnés, les trois premiers se voient offrir la possibilité de venir construire dans le village d’Abetenim, au centre du Ghana, cœur du royaume Ashanti, leur prototype.

M.A.M.O.T.H. propose alors la Sankofa House (1er prix de la compétition), une réécriture de la maison traditionnelle Ghanéenne. S’inspirant des silhouettes reconnaissables des bâtiments Ashanti (population d’Afrique de l’Ouest vivant au Ghana), l’association propose un bâtiment sur cour aux toitures pentues et aux façades colorées.

Le projet insiste sur l’usage des ressources disponibles et l’emploi d’artisans locaux. Puisque le sujet demeure la production d’un habitat destiné aux familles ghanéennes, la conception se veut simple, pragmatique et économique. L’approche climatique, outre une bonne orientation sur site, consiste simplement à redécouvrir les qualités thermiques de matériaux comme la terre et les fibres végétales.

M.A.M.O.T.H, s’inspirant des architectures traditionnelles ghanéennes si symboliques et particulièrement adaptées au climat rude de cette région tropicale, propose la Sankofa House. Composée comme une bâtisse sur cour, avec deux entités reliées par des espaces extérieurs couverts, la Sankofa House se veut économique et fonctionnelle.

Les ouvrages porteurs sont imaginés en briques de terre, revêtus d’une isolation en terre-paille, elle-même enduite à l’argile. La charpente à forte pente (plus de 60°) est une réécriture des toitures traditionnelles locales. Cette incidence permet de disposer d’une belle hauteur sous plafond en intérieur, captatrice de chaleur et les pluies diluviennes des moussons provoquent moins de dégâts.

L’architecture vernaculaire est, par son essence même, contextuelle. Elle répond toujours aux besoins et désirs de la population concernée de la manière la plus pragmatique qui soit. Cette architecture n’est pas figée, elle s’enrichie au fil du temps, soit par de nouveaux apports technologiques soit par l’expression de nouvelles priorités.

Logiquement, c’est dans le monde rurale que le vernaculaire se pérennise, loin de toutes institutions et infrastructures “officielles” et commerciales, les populations continuent de bâtir comme le faisaient les anciens, avec un minimum de moyens pour un “rendement” optimale. Les ressources disponibles sont employées avec parcimonie, les assemblages sont logiques et les matériaux sont de grande qualité. C’est cette idée du “juste”, du “bien pensé”, de logique constructive qui est défendue par cette architecture souvent sobre et humaine, dimensionnée par les hommes et pour les hommes.

Le projet de la Sankofa House consiste à redécouvrir les qualités des architectures vernaculaires ghanéennes. Ici le design contemporain est largement inspiré des constructions traditionnelles Ashantis. Pas seulement culturelle, cette architecture est complètement adaptée au climat tropical ghanéen. Les toitures très pentues offre une surface minimale d’exposition au fort ensoleillement et à la chaleur.

Les soubassements très marqués préviennent des infiltrations d’eau et des animaux pendant la mousson. Les typologies de maisons sur cour permettent une ventilation naturelles des bâtiments et offrent des espaces extérieurs
protégés indispensables à la vie quotidienne d’une famille au Ghana.

 

La Sankofa House est une nouvelle architecture vernaculaire, façonnée par les besoins et les nécessités.

Le bâtiment se déploie en un volume simple, orienté Nord/Sud. De grandes surfaces extérieures couvertes sont aménagées autour d’une cour centrale qui rappelle les typologies traditionnelles. La structure légère des terrasses
crée des espaces ventilés qui rafraîchissent la maison.

 

Dans l’idée de produire un bâtiment duplicable et adaptable aux besoins des habitants les dispositifs bioclimatiques sont simples, la forte inertie des murs permet d’emmagasiner la fraîcheur et l’humidité des nuits tropicales, le grand volume intérieur et la toiture ventilée permettent de conserver une température intérieure basse alors qu’un système de récupération des eaux de pluies est aménagé à la jonction des deux toitures.

La forme même de la Sankofa House, largement inspirée du patrimoine bâti Ashanti avec ses
successions de toits pentus qui dessine dans le paysage un “skyline” si particulier, génère un confort thermique appréciable en comparaison aux ouvrages en briques de ciment et toitures terrasses.

M.A.M.O.T.H s’amuse à réinterpréter les techniques et les savoir-faire anciens et s’inspire d’un patrimoine architectural traditionnel, ingénieux et pragmatique, pour proposer une architecture réfléchie et humaine, entre “lowtech” et “hightech”. Les questions de confort thermique, salubrité du bâtiment et d’empreinte écologique de la construction enrichissent le travail de l’association qui s’engage sur des projets volontairement atypiques et innovants imaginés à travers un dialogue intime entre les différents acteurs impliqués.

 

L’équipe de concepteurs, curieuse d’explorer dans leurs travaux les interactions existantes entre la matière, le matériau et l’espace, s’adonne à une pratique conventionnelle de l’architecture mais participe également à de nombreux programmes de recherches sur l’emploi des matériaux nobles et naturels dans la construction contemporaine tels que la terre crue, les fibres végétales, la pierre, la chaux…

L’association s’engage aussi régulièrement sur des projets à dimensions humanitaires, en France et en Afrique. Partenaire de plusieurs fondations M.A.M.O.T.H supervise et encadrent des chantiers participatifs, véritables lieux d’échanges et de partages entre les différents intervenants et les partenaires locaux.

http://www.mamoth.fr

nicouer@yahoo.fr

<p>Architecte diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Consultant en Innovation, Steve est le fondateur et directeur de publication du webmagaine archicaine.</p>

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT