Home / Architecture  / AFRIQUE ARCHITECTES  / SENEGAL. Minaret des 99 noms d’Allah par lamtôro architecture

SENEGAL. Minaret des 99 noms d’Allah par lamtôro architecture

La religion musulmane repose sur cinq piliers : la foi, la prière quotidienne, la zakat* (ou taxe annuelle), le jeûne du mois de ramadan et, au moins une fois dans la vie si les moyens

La religion musulmane repose sur cinq piliers : la foi, la prière quotidienne, la zakat* (ou taxe annuelle), le jeûne du mois de ramadan et, au moins une fois dans la vie si les moyens le permettent, le pèlerinage à la Mecque.

senegal-minaret-des-99-noms-dallah-par-lamtoro-architecture-4

Ces cinq piliers peuvent être mis en relation avec les deux dimensions que l’homme entretient avec tout ce qui l’entoure : celle avec Dieu et celle avec les hommes.

senegal-minaret-des-99-noms-dallah-par-lamtoro-architecture-3

Les relations sociales prennent une place importante en islam, que ce soit au sein de la communauté musulmane ou non. Plusieurs versets du Coran traitent de ce sujet, en prônant la tolérance et le respect de chacun.

senegal-minaret-des-99-noms-dallah-par-lamtoro-architecture-2

La relation de l’homme à un Dieu unique créateur : la foi (Al Iman) est le pilier le plus important.

La loi islamique vient gérer, à sa manière, ces relations en les organisant assez précisément. Le pilier de la zakat va dans ce sens, dans la mesure où les sommes récoltées par les taxes sont destinées à être redistribuées aux nécessiteux.

L’homme dialogue donc verticalement avec son Seigneur et horizontalement avec les autres êtres humains.

senegal-minaret-des-99-noms-dallah-par-lamtoro-architecture-1

La mosquée est le lieu d’intersection de ces deux niveaux d’interactions. La prière est, en soit, l’expression de ce contact avec le Divin mais la dimension de la prière en groupe dépasse de loin celle de la prière accomplie de manière solitaire, chez soi. Ce double statut lui donne un caractère particulier, propre à toute architecture sacrée. La monumentalité de certains édifices religieux et le souci de la perfection dans leur mise en oeuvre, jusqu’au détail, sont une manière de glorifier Celui pour qui ils l’ont construite.Cet édifice doit faciliter le dialogue avec Dieu (relation verticale) et l’homme (relation horizontale).

Bien sûr, le symbole d’un minaret de 99 mètres de hauteur, chacun signé d’un des 99 noms d’Allah, est explicite. Seulement, il ne s’agit pas uniquement de réaliser ici un symbole. Un tel budget dans ce contexte de crise économique, sociale et identitaire serait en porte à faux avec les enseignements religieux de base.

Ce minaret solaire, conçu par le Cabinet d’Architecture lamtôro, va, pour la première fois, répondre à une problématique énergétique grandissante dans nos sociétés modernes. Avec 2000m² de panneaux solaires comme revêtement, ce minaret va littéralement absorber le maximum d’énergie du soleil pour la retransmettre à la communauté. Cette manne d’énergie permettra non seulement d’entièrement alimenter la mosquée et ses annexes mais également de fournir de l’énergie pour l’éclairage public, les pompes à eau et autres installations communautaires.

Ce projet inédit donnera un exemple à la communauté musulmane internationale quant à la prépondérance de l’utilité publique d’un édifice religieux.

 source 

nicouer@yahoo.fr

Architecte diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Consultant en Innovation, Steve est le fondateur et directeur de publication du webmagaine archicaine.

Review overview
NO COMMENTS

Laisser un commentaire