Home / Architecture  / Travaux d’étudiants : Habiter autrement,habiter vert KENFACK ZANKIA Winnie Audrey

Travaux d’étudiants : Habiter autrement,habiter vert KENFACK ZANKIA Winnie Audrey

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Contexte Pour les journées portes ouvertes  de l’école africaine d’architecture et d’urbanisme (EAMAU), plusieurs activités se déroulent pour mettre en valeur les métiers de la filière immobilière. Au cours de cette semaine, est généralement organisé un

Contexte

Pour les journées portes ouvertes  de l’école africaine d’architecture et d’urbanisme (EAMAU), plusieurs activités se déroulent pour mettre en valeur les métiers de la filière immobilière. Au cours de cette semaine, est généralement organisé un concours ouvert aux étudiants sur un thème actuel qui permettent à ces derniers de mettre en exergue leurs idées créatrices. Le thème choisi pour l’édition 2017 fut «  Les énergies renouvelables ».

Le concours demandait la conception d’un projet avec une ou des énergies renouvelables sur des critères de performance énergétique et d’innovation . Après soumission des projets, le projet lauréat nommé Habiter autrement – Habiter vert est celui de KENFACK ZANKIA Winnie Audrey, étudiante Camerounaise en Master II en architecture.

Présentation du projet

Le site choisi pour ce projet est à Accra au Ghana, en Afrique de l’ouest. Il s’agit d’ un prototype de logements à haute performance énergétique

  • INTEGRATION DU PROJET DANS SON ENVIRONNEMENT : aspect environnemental et culturel

Le choix du site de 29 103 m² a été fait à titre d’exemple pour un prototype de logements à haute performance énergétique. Les premières recherches sont : la mise en contact la plus possible avec la source d’énergie majeure, naturelle qu’est le soleil ; la position convexe tournée vers le Sud et la bonne ventilation transversale.

– organisation : mise en place d’une densité écologique contre la création d’îlots de chaleur.

– assainissement du site : des noues (imperméabilisée drainante) ont été disposées sur les voies terminales. Pour faciliter leur curage, des pièges à sable ont été introduit à des points stratégiques.

  • L’EQUIPEMENT ET SA PERFORMANCE : le module de logement

Le module de logement a été pensé sous les contraintes suivantes : l’optimisation de l’espace, la possibilité d’avoir une aire agricole (potager), la possibilité de capter l’énergie solaire, la réutilisation de certaines ressources (eaux pluviales et les déchets) ainsi qu’une orientation du bâti qui favorise une bonne ventilation et un bon éclairage. La conception haute performance en climat chaud a demandé à ce qu’on allie isolation thermique et ventilation.

  • LA FORME DU BÂTI : pyramidale

La forme du bâti est un élément très déterminant dans les conceptions à haute performance énergétique. Les déperditions thermiques d’un bâtiment sont pour une grande part proportionnelle à la surface des parois en contact avec l’extérieur. L’option pour une enveloppe en forme pyramidale orienté Est-Ouest permet de bénéficier d’un maximum de l’ensoleillement. Cette énergie solaire sera captée, stockée et ensuite retransformée pour être distribuée aux logements sous forme d’électricité.

  • LES TECHNOLOGIES ADAPTÉES

Le polystyrène est le matériau phare du projet matériau localement disponible fabriqué au Ghana. Les qualités recherchées par l’emploi du polystyrène : peu d’impact sur l’environnement et sur la santé humaine ; réduction considérable de l’empreinte carbonique liée à la consommation d’énergie en chauffage et en climatisation ; matériau pouvant être utilisé aussi bien pour les murs que pour les dalles et la couverture ; faible conductivité thermique.

Cette disponibilité du matériau rend sa technique de construction très simple et facile à maitriser.

L’option des panneaux photovoltaïques (type poly-cristallins) et des LED a été choisie pour un meilleur rendement du projet.

Le réseau est raccordé au réseau public d’électricité avec vente de l’excédent en auto-consommant une partie afin d’amortir les frais d’achats des panneaux. Il représente une superficie totale de 205,11m² des façades d’un module de logement. En calculant leur performance on a : Performance : 10 m2 de panneaux ≈ 1 000 Wc de puissance ≈ 1 000kWh/an d’énergie produite. (Wc : La puissance des panneaux photovoltaïques s’exprime en Watt crête). D’où la puissance produite des panneaux : 205.11*1000kWh/10 m² = 20511 kWh/an. Ces panneaux nécessitent aussi un entretien régulier avant l’entretien technique des composantes (batterie, onduleur, etc.)

  • IMPACT DU PROJET :

Du point de vue socio-économique, les impacts liés à la construction de ces modules de logements sont les suivants :

* La création d’emplois à la construction, l’exploitation et la maintenance de l’aménagement ;

* L’évolution de l’habitat vers la densification positive des ménages et particulièrement de l’habitat administré vers des modes de vies plus conscients de l’optimisation des ressources;

* Promotion de matériaux locaux à travers l’utilisation du polystyrène expansé dans la construction

*La proportion des espaces verts dans le projet participe à la préservation de l’air et donc à la préservation de l’environnement.

faridageraldo24@gmail.com

Architecte-urbaniste diplômée de l’EAMAU (Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme à Lomé au TOGO). Depuis peu intégrée dans l'Ordre National des Architectes du Togo. Elle a une vie associative très épanouie, ce qui lui a valu de défendre les valeurs de son métier à travers son implication en tant que responsable de l’équipe Webmagazine Archicaine au Togo.

Review overview
NO COMMENTS

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :