Home / Architecture  / Vi(e)llage, construction collaborative d’une case polyvalente en matériaux locaux, à Nkol-Assi, au Cameroun.

Vi(e)llage, construction collaborative d’une case polyvalente en matériaux locaux, à Nkol-Assi, au Cameroun.

[vc_row][vc_column][vc_column_text]QUI? Voyager et aller à la rencontre de nouvelles manières de vivres sont, pour Tiphaine et Emmanuelle, indispensable à la culture de l'architecte Différents évènements ont permis de forger leur opinion, et de rendre leur passion

QUI?

Voyager et aller à la rencontre de nouvelles manières de vivres sont, pour Tiphaine et Emmanuelle, indispensable à la culture de l’architecte

Différents évènements ont permis de forger leur opinion, et de rendre leur passion plus forte.
-Emmanuelle, à travers 2 échanges universitaires (Portugal et Cameroun) lors du cursus de master a étudié l’architecture vernaculaire sous des formes différentes. Elle a rencontré de nombreuses personnes issues de cultures différentes, architectes, étudiants ou habitants et s’est retrouvée dans une dynamique d’échange, de partage de savoirs. Apprendre l’architecture vernaculaire et l’anthropologie sont indispensables à la poursuite de son métier d’architecte.

-Tiphaine s’est toujours intéressée à l’échange des cultures, des ambitions, des gens. Après une année de césure, en master, composé de stage et de voyages, l’architecture solidaire s’est montrée comme une évidence. En s’engageant dans l’association Villages Verts, elle a participé à la réalisation sur place d’une maison du livre à Ouagadougou au Burkina-Faso, en collaboration avec les artisans et habitants du quartier.

-Emmanuelle et Tiphaine ont participé ensemble à un workshop solidaire et collaboratif de février à juin 2015, dans un sous quartier de Yaoundé, en partenariat avec ses habitants et l’école d’architecture du Cameroun. Cette expérience leur a donné l’envie de poursuivre vers une architecture responsable et solidaire en accord avec les besoins du lieu, des habitants.

 

LE PROJET VI(E)LLAGE

Vi(e)llage, c’est le projet d’une construction, collaborative et durable d’une case communautaire polyvalente à Nkol-Assi (Région de la Méfou, Centre, Cameroun).

Il propose d’améliorer le quotidien de 9 familles de ce hameau mal raccordé aux réseaux routiers et sans électricité, vivant au rythme de la forêt équatoriale et des saisons.

Le village se dépeuple subissant un désintéressement des plus jeunes, qui partent en ville pour leurs études, et ne veulent plus revenir.

Comment apporter un mieux-vivre attractif, en respectant le lieu et ses habitants ? Comment sensibiliser les plus jeunes quant à leur responsabilité dans le devenir de leur village ?  Comment accueillir aussi bien l’imprévu que le quotidien dans un lieu commun ?

Le projet découle d’une analyse fine géographique, anthropologique, et d’une collaboration avec les habitants et les artisans locaux.

La case naît de la rencontre d’un sol et d’un toit sous lequel viennent s’imbriquer 5 espaces indépendamment de la structure.

-Une case de passage fait de 4 murs en pisé détachés du toit, créant une aération naturelle, permet l’accueil des invités.

-Un lieu de stockage permet d’entreposer les balafons ainsi que 2 cuves raccordées à une descente d’eau pluviale. Un lavoir facilite le remplissage des récipients.

-Le foyer permet la réalisation des mets, à l’abri des insectes grâce à des voiles moustiquaires.

Il se prolonge par l’espace du devant, avec un lampadaire solaire dans l’alignement de l’arbre à palabre. Ainsi, les journées durent au delà du coucher du soleil (18h).

-Derrière, plus intime, la lisière accueille un maraichage sauvage et naturel. Cette culture permet de varier les sources de nourriture essentiellement composée de tubercules.

Vi(e)llage se développe dans une logique constructive avec des matériaux de proximité se trouvant à moins de 20km. Démarcher entreprises, associations, réaliser des partenariats (énergies, semences, scieries) nous ont permis de faire évoluer le projet et de préparer la construction.

Vi(e)llage se veut humble, répondant à une question simple par des moyens simples, pourtant sans précédent. Ces personnes vivant dans des géographies reculées, avec la forêt, la régulant, la respectant et la valorisant, ont également le droit à l’accès au mieux-vivre. Leur permettre de s’émanciper, c’est freiner l’exode rural.

guy.cedric.konan@gmail.com

<p>Gestionnaire Urbain / DIE-GU est diplômé de l’Ecole Africaine d’Architecture et d’Urbanisme de Lomé au Togo.<br /> Il est présentement Chef d’Agence Côte d’Ivoire chez KODJI Agency, mais aussi et surtout Rédacteur en chef bénévole chez Archicaine Webmagazine depuis 2013.<br /> Simple et dynamique, ce jeune ivoirien est passionné d’entrepreneuriat et de sport automobile.</p>

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT