Home / Architecture  / BENIN. Porto-Novo héritage culturels sites touristiques, abessan kpakliyaou par design7

BENIN. Porto-Novo héritage culturels sites touristiques, abessan kpakliyaou par design7

Design7 atelier d’architecture d’art et de décoration initié à Porto-Novo  Quand l’architecture devient une œuvre d’art…  Portrait de l'architecte Djossê HOUENOU Léobard Architecte D. P.L.G. (Diplomé Par le Gouvernement Français) né le 17 décembre 1961,(Ecole d'Architecture de Paris-Villemin) Fondateur du Cabinet

Design7 atelier d’architecture d’art et de décoration initié à Porto-Novo 

Quand l’architecture devient une œuvre d’art… 

Portrait de l’architecte

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par-8-1

Djossê HOUENOU Léobard Architecte D. P.L.G. (Diplomé Par le Gouvernement Français) né le 17 décembre 1961,(Ecole d’Architecture de Paris-Villemin) Fondateur du Cabinet DESIGN7 pour la promotion des matériaux locaux de construction…

Fonctionnaire des Nations Unies depuis 2005, au service de la promotion du Développement Durable et du traitement des déchets liquides et solides.

PRATIQUES ARCHITECTURALES AUTHENTIQUES

DESIGN 7 est un atelier de Création Architecturale Africaine Authentique qui présente 25 années de recherches appliquées et de réalisations pilotes en Afrique de l’Ouest en général et au Bénin en particulier.Cette longue expérience a permis à DESIGN 7 de conjuguer tradition et modernité, local et global afin de trouver des débuts de solutions aux problèmes de logements et d’équipements pour le plus grand nombre.Selon l’architecte, la néo-colonisation a conduit les africains à  une prédilection pour des matériaux de construction inadaptés, ce qui amène à importer la plupart des composants utilisés dans la construction des maisons urbaines.

L’objectif de l’architecte Djossè Léobard Houénou est d‘inverser cette tendance. Depuis des années, il  se bat pour réhabiliter les architectures authentiques et l’utilisation de matériaux locaux (terre stabilisée, pierres brutes et taillées, bois, etc…) dans la construction de bâtiments modernes adaptés aux réalités climatiques et sociales.

Ainsi DESIGN 7 prône l’utilisation massive de matériaux locaux naturels qui consomment peu d’énergie et n’occasionnent que peu de pollution lors de leur production pour un confort thermique et une durabilité  inégalables.

DESIGN 7 est un engagement alternatif total pour l’intégration des arts et la fusion des édifices, paysages et espaces publics au sein de leur contexte environnemental.

DESIGN 7 a remporté le Super Prix Entrepreneuriat de la Loterie Nationale du Bénin d’une valeur de 20.000$ US en 1996

Question  à l’architecte chef : Pourquoi le choix de ne construire qu’avec des matériaux locaux ?

”La dépendance chronique du Bénin et de l’Afrique par rapport aux techniques et matériaux importés a aggravé notre endettement extérieur” Un appartement moyen de deux chambres, un salon plus cuisine et toilettes construit avec des matériaux importés coûte environ trois millions de francs CFA (environ 5263 dollars). Par contre, l’utilisation de matériaux locaux réduit le coût de 20 a 40 %. Les ressources faisant défaut pour le plus grand nombre, il est urgent de trouver des solutions alternatives peu coûteuses.

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -10

Même une maison construite à l’aide de matériaux locaux parait chère pour les travailleurs, surtout ceux dont les salaires sont proches du salaire minimum mensuel qui équivaut à environ 70 dollars américains. Les 150 dollars américains que le travailleur moyen gagne mensuellement ne sont pas non plus suffisants pour acquérir un habitat décent. Construire à peu de frais est une nécessité pour le Bénin et la plupart des pays africains qui sont confrontés à la réduction drastique de leurs ressources et à l’augmentation exponentielle de leurs populations”.”La construction systématique en matériaux locaux peut aider à résoudre ce problème”, sous réserve d’une maîtrise effective des techniques de mise en œuvre et une promotion des filières locales de production de matériaux de construction.

Quelques réalisations de DESIGN7 au BENIN

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -11

Etudes, Conception et Réalisation des Magasins à grains du Programme Alimentaire Mondial (PAM) à Porto-Novo, Lokossa et Djougou (Bénin)

Etudes, Conception et Réalisation de nombreux immeubles d’habitations, de commerces, d’éducations, de soins médicaux et de cultures.

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -6

 

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -9

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -2

 

Etudes, Conception et Réalisation de l’Eglise Catholique du Sacré Cœur au quartier Ouenlidah a Porto-Novo, Benin.

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -5

10 JANVIER Fêtes des divinités traditionnelles au Bénin vos réalisations dont on va parler sont pour des usages tradi-modernes.

Loin d’être des ouvrages fétichistes, ces œuvres sont purement touristiques d’où l’intérêt que nous leur accordons. On va s’intéresser à ces deux réalisations du paysage urbain de la capitale du Bénin (Porto-Novo). Ces monuments sont des étapes obligatoires pour un visiteur de la capitale du Bénin. Rappelons que DESIGN7 a réalisé l’église Sacré Cœur de Porto-Novo.

Porto-Novo est une conjonction culturelle Yoruba-Goun; Zangbeto-Goun Abessan-Yoruba. La commande de ces deux monuments-musées a été faite en 2005 par la volonté personnelle de Mr. Ataou SOUFIANO sur financement de la CCIB (Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin).

1-Le monument des ZANGBETO : KPAKLIYAOU

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -17

Au quartier Avassa, non loin du Musée Honmè de Porto-Novo se dresse une imposante infrastructure de 30m de haut ayant la forme du Zangbéto: c’est le siège du Kpakliyaou , le chef suprême des Zangbéto.

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -15

Parmi les différents sites touristiques dont regorge la ville capitale, celui-ci semble le plus majestueux non seulement de par sa hauteur mais aussi par sa forme qui rappelle la case du zangbéto présentée en grandeur nature. Zan qui veut dire nuit en fon, langue locale béninoise et gbéto, chasseur, le Zangbéto est donc symboliquement le chasseur de la nuit.

Son rôle a évolué pour devenir celui du gardien du territoire du roi, l’agent de sécurité chargé d’assurer le maintien de l’ordre la nuit pendant que le roi dort. Construite en Février 2006 sur l’initiative du Président de la Chambre du Commerce et d’industrie du Bénin, l’obélisque du Kpakliyaou peut être considérée comme un musée, dédiée au culte zangbéto.

C’est quoi le zangbéto?

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -16

Les cultes vaudou connaissent diverses sociétés secrètes, Zangbeto est l’une d’elles. Apparue pour la première fois en 1833 à Porto Novo sous la régence du roi Toffa, elle s’est propagée plus tard sur tout le littoral béninois. Les «Gardiens de la Nuit» veillaient à la sécurité et l’ordre dans les villes et les villages. Zangbeto opère, aujourd’hui encore, comme une police vaudou: pendant la nuit, à l’occasion durant la journée, ses membres patrouillent à travers les quartiers de la ville et les villages, surveillent les voleurs ou arbitrent les querelles.

Les Zangbeto portent des masques en raphia recouvrant tout le corps, ce qui leur donne l’allure de meules de foin. Des figurines sculptées ornent parfois le sommet de leurs masques : un éléphant symbolise par exemple la force, une calebasse l’univers. Les porteurs de masques ne peuvent voir qu’à travers une mince fente et sont guidés par des assistants qui chantent et frappent les tams-tams. Pour la police «régulière», c’est souvent le signe de se retirer discrètement ou de concentrer son attention sur la circulation. Au niveau communal, Zangbeto a en effet un pouvoir certain. Ses membres interviennent également quand un individu commet une action qui va à l’encontre des intérêts de la communauté, par exemple jeter des ordures là où c’est interdit. Zangbeto se rend alors devant la maison du coupable, rapporte à vive voix ses méfaits et demande réparation, allant même jusqu’à annoncer son châtiment. Une police du développement durable…

Les Zangbeto tiennent secrets l’intérieur de leurs temples et leurs cérémonies religieuses aussi bien que le nom de leurs adeptes. Il est interdit aux femmes sous peine de mort d’entrer dans cet univers d’hommes. Par un étrange paradoxe, Zangbeto est devenu à de nombreux endroits un spectacle folklorique que l’on offre volontiers aux touristes. Les «meules de foin dansantes» sont très photogéniques. Leurs assistants avalent des morceaux de verre ou se mettent des cactus sous les bras, dans l’un et l’autre cas sans dommage. Le passage du culte vaudou au pur spectacle vaudou semble parfois assez flou chez les Zangbeto.

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -13

L’édifice comporte quatre niveauxle premier niveau représente le lieu de conservation de tous les objets cultuels consacrés au Zangbéto.  Au deuxième niveau, loge un fétiche. C’est au niveau du troisième étage que l’on retrouve une représentation du Zangbéto qui a ramené  Tè Aglanlin à Porto-Novo. Le quatrième niveau abriterait des objets non accessibles aux non initiés.

Au-delà de ce rôle de conservation, l’obélisque du Kpakriyaou fait office de tribunal. C’est en ces lieux qu’un certain nombre de conflits sont réglés. Il s’agit de conflits qui pourraient naître entre les adeptes du culte Zangbéto eux-mêmes ou avec les populations. Il est important de préciser que le siège du chef suprême est le dernier recours quand les zangans (le Zangan est un responsable de couvent de zangbéto) n’arrivent pas à trancher les problèmes à leurs niveaux. A Porto-Novo par exemple chaque quartier a son couvent.

 2- Un héritage culturel : le temple ABESSAN à Porto-Novo BENIN

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -8

Abessan, le temple de la divinité à neuf têtes érigé à Porto-Novo fait office depuis 2010 de Centre Culturel Yoruba.

Le culte d’Abessan n’existe qu’à Porto Novo, capitale du Bénin, comme beaucoup d’autres divinités vaudou.

A Akron, un quartier situé dans le 1er arrondissement de Porto-Novo, se dresse ce majestueux joyau de 15m de haut réalisé par DESIGN 7. Construite avec une ossature en béton armé et des briques de terre stabilisée,  cette infrastructure rappelle une grosse termitière. C’est le Centre Culturel Yoruba de la divinité à  9 têtes, Abessan Reine mère des Yoruba, qui fait office de site touristique prisé de la capitale du Bénin.

La légende dit qu’un serpent à neuf têtes apparut autrefois à un chasseur. Il lui commanda de construire un temple pour le dieu Abessan. Il en fut ainsi, et les descendants du chasseur, qui appartiennent à l’ethnie Yorouba, vénèrent aujourd’hui Abessan. « ASESSAN est pour les frères et sœurs de l’aire culturelle Yoruba, un riche héritage culturel, un imposant héritage culturel et un incomparable héritage historique» Mr. Ataou Soufiano, le maître d’ouvrage lors de la cérémonie d’inauguration. Abessan, Reine mère est une divinité qui invite à sa découverte pour une meilleure connaissance de son histoire et celle des Yoruba et des Egouns de Porto-novo.

Il s’agit d’un monument rappelant la légende de trois frères guerriers Yoruba répondant aux noms de Anata, Akapko et Ogbon qui, au cours de leur expédition, ont manqué un arrêt en ce lieu où est érigé ledit monument. Aussi est-il que selon la légende, cet arrêt en ce lieu est à l’origine de la présence de la communauté Yoruba à Porto-Novo.

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -14

La ” termitière Abessan ” qui est devenue depuis son inauguration un véritable centre culturel international des Yorouba. Comme à l’origine, on découvre à l’entrée du site, un bâtiment abritant “Avessan Lègba” c’est-à-dire la divinité qui joue le rôle de gardien protecteur des lieux. Ensuite, on distingue le sanctuaire qui abrite la termitière originelle. Enfin, derrière le sanctuaire, il y a un autre bâtiment servant de couvent. Ce centre accueille, depuis son inauguration en Mars 2010, les touristes et les visiteurs qui viennent de tous les horizons. La particularité de ce centre culturel est qu’il sert également de lieu de prières et de cérémonies rituelles dédiées à la divinité Abessan.

D’autres réalisations d’équipements culturels touristiques au BENIN par DESIGN7

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -1

benin-porto-Novo-heritage-culturels-sites-touristiques-abessan-kpakliyaou-par -7

L’architecte est d’une autre religion et la réalisation des ces monuments ne change rien à sa foi selon lui.L’architecte doit être au service de sa communauté il a accepté apporter son expertise à un projet de conservation de patrimoine culturel.Il prépare la sortie de son livre bientôt à suivre sur archicaine.

Contacts

Architecte Djossê HOUENOU Léobard,

leobardhouenou@yahoo.fr   243 815308029 ou +243 991571224

Bibliographie

VAUDOU Henning Christoph. Hans Oberländer Edition TASCHEN  Portail beninculture/Site ccib BENIN

nicouer@yahoo.fr

Architecte diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Consultant en Innovation, Steve est le fondateur et directeur de publication du webmagaine archicaine.

Review overview
NO COMMENTS

Laisser un commentaire