Home / ETUDIANTS  / PFE/EAMAU: D’une stratégie de développement des industries culturelles à un projet de village artisanal dans la ville de Foumban au Cameroun.

PFE/EAMAU: D’une stratégie de développement des industries culturelles à un projet de village artisanal dans la ville de Foumban au Cameroun.

Patrimoine culturel et développement urbain ; d’une stratégie de développement des industries culturelles  à un projet de village artisanal dans la ville de Foumban au Cameroun. Horcel Sokeng - EAMAU - Juillet 2014 Le Cameroun est situé au

Patrimoine culturel et développement urbain ; d’une stratégie de développement des industries culturelles  à un projet de village artisanal dans la ville de Foumban au Cameroun.

Horcel Sokeng – EAMAU – Juillet 2014

pfe-eamau-dune-strategie-de-developpement-des-industries-culturelles-a-un-projet-de-village-artisanal-dans-la-ville-de-foumban-au-cameroun.-1

Le Cameroun est situé au cœur du continent africain à la lisière entre l’Afrique occidentale et l’Afrique centrale. Cette position charnière entre plusieurs aires culturelles ont fait du pays le réceptacle d’une diversité culturelle exceptionnelle ; ce qui lui vaut l’appellation courante « d’Afrique en miniature ». Cependant malgré son riche patrimoine culturel, le Cameroun comme les autre pays africains peine à en faire un produit de développement économique. Cette situation, plus qu’une question de volonté politique, est liée à une faible coordination au niveau local des différentes politiques sectorielles de l’Etat.

La ville de Foumban capitale du royaume Bamoun compte environ 100 000 habitants,  elle est située à 70 km de Bafoussam troisième centre urbain du pays. Fondée en 1394, elle a été identifiée comme l’une des rares villes précoloniales du Cameroun. Elle est connue tant à l’échelle nationale qu’a l’échelle internationale comme étant un grand gisement de richesses culturelles et artisanales. En effet, on y retrouve un Palais royal majestueux édifié en 1917 par le roi Njoya[1], doté d’un musée riche d’attributs royaux et d’objets anciens. On y trouve également une grande diversité de pratiques traditionnelles et ancestrales dont la quintessence est présentée au public lors des manifestations du Nguon[2].

(Construction de... )

Conscients de cet important potentiel culturel, les autorités ont entrepris d’y développer un certains nombre d’infrastructures au rang desquelles l’université des beaux arts et le village artisanal. Cependant même si l’activité touristique y est importante, la ville peine à se développer des points de vues économique et urbain. Aussi les actions de l’Etat s’y font sans véritable coordination. Au final le niveau de développement de la ville est inversement proportionnel à son patrimoine culturel et à sa renommée.

pfe-eamau-dune-strategie-de-developpement-des-industries-culturelles-a-un-projet-de-village-artisanal-dans-la-ville-de-foumban-au-cameroun.-5

Cette situation paradoxale a constitué l’objet de la présente étude. La question centrale étant « A Foumban au Cameroun, Comment articuler d’une part développement urbain harmonieux et d’autre part sauvegarde et valorisation du patrimoine culturel local ? ». Pour y répondre, nous avons procédé dans un premier temps à une revue du secteur de la culture au Cameroun, ensuite nous avons fait un diagnostic urbain ; celui-ci nous a permit de faire des propositions de développement urbain dans une logique de sauvegarde et de valorisation du patrimoine local. Enfin nous avons élaboré une stratégie de développement des industries culturelles dans la ville ; ce qui a aboutit à la conception architecturale d’un village artisanal.

pfe-eamau-dune-strategie-de-developpement-des-industries-culturelles-a-un-projet-de-village-artisanal-dans-la-ville-de-foumban-au-cameroun.-3

Une analyse de la gestion du patrimoine culturel au Cameroun nous a permit de constater que la sauvegarde et la valorisation de celui est partagé entre plusieurs ministère à savoir le MINAC[3], le MINTOUL[4] et le MINPMEESA[5]. Malgré une réelle volonté politique,  La nécessaire coordination entre les différentes politiques sectorielles n’est pas toujours faite.

Le diagnostic urbain de la ville de Foumban s’est fait au moyen de l’outil méthodologique cadre logique. Nous avons ainsi choisi un certain nombre de thématiques qui nous ont permit de mesurer le niveau de développement urbain, économique, social et culturel. Les principaux constats découlant de cette analyse ont été les suivants.

  • La ville est en proie à un étalement incontrôlé.
  • Les activités commerciales et administratives exercent une forte pression sur le patrimoine culturel situé dans le centre historique.
  • L’activité touristique bien que importante se concentre essentiellement autour du palais malgré l’existence d’autres sites.
  • L’accès aux services et équipements de base est globalement faible.

pfe-eamau-dune-strategie-de-developpement-des-industries-culturelles-a-un-projet-de-village-artisanal-dans-la-ville-de-foumban-au-cameroun.-2

Toujours au moyen du cadre logique, nous somme passé de l’arbre à problèmes à l’arbre à objectifs, ce qui nous a permit de définir des axes majeurs des propositions envisagées. Nous avons ainsi choisi un modèle de ville multipolaire où le centre historique restauré et sauvegardé n’abrite plus que les activités touristiques et de loisirs. Le plan de développement urbain que nous avons proposé s’est articulé autour de trois axes majeurs à savoir.

  • Une ville authentique, équitable et rayonnante.
  • une ville en équilibre.
  • une ville dynamique.

Le développement de l’axe 1 nous a permit de faire des propositions de réaménagement du centre historique et d’aménagement du pôle nord abritant l’université des beaux arts, le village du Nguon et le nouveau marché.

Nous avons également proposé une stratégie de développement des industries culturelles et artistiques pour la ville de Foumban. Celle-ci a débouché sur la définition d’un certain nombre d’équipements parmi lesquels le village artisanal.

pfe-eamau-dune-strategie-de-developpement-des-industries-culturelles-a-un-projet-de-village-artisanal-dans-la-ville-de-foumban-au-cameroun.-7

Enfin nous avons procédé à la conception architecturale du village artisanal.  Celui-ci est constitué de quatre composantes majeures. Une unité de production, une unité de formation, une unité de commercialisation et une unité de gestion. L’aménagement du site, la conception des espaces et le design des volumes s’est fortement inspirée de l’architecture traditionnelle locale, et ceci dans un souci permanent de faisabilité financière et technique.

[1] Njoya : Roi bâtisseur et inventif ; il inventa une machine à moudre le maïs et une écriture dont les vestiges sont conservés au musée du palais des rois Bamoun. Déporté après l’arrivée des français à la suite de la première  guerre mondiale, il mourut en exil en 1933.

[2] Ngouon : fête traditionnelle Bamoun ; célébrée depuis 620 ans, elle se tient aujourd’hui tout les deux ans, elle attire des milliers de touristes nationaux et internationaux.

[3] Ministère des arts et de la culture.

[4] Ministère du tourisme et des loisirs.

[5] Ministère des petites et moyennes entreprises de l’économie sociale et de l’artisanat.

guy.cedric.konan@gmail.com

Gestionnaire Urbain / DIE-GU est diplômé de l'Ecole Africaine d'Architecture et d'Urbanisme de Lomé au Togo. Il est présentement Chef d'Agence Côte d'Ivoire chez KODJI Agency, mais aussi et surtout Rédacteur en chef bénévole chez Archicaine Webmagazine depuis 2013. Simple et dynamique, ce jeune ivoirien est passionné d'entrepreneuriat et de sport automobile.

Review overview
1 COMMENT
  • MEFIRE NDOUKOUO FADILATOU 20 novembre 2016

    Je vous félicite pour l’initiative. Mais j’ai une préoccupation. A ma connaissance, Foumban dispose déjà d’un centre artisanal. Votre projet consistera t il en une déportation du centre existant ou c’est un projet à part? Fadilatou MEFIRE NDOUKOUO, Étudiante en gestion du patrimoine à L’INSTITUT DES BEAUX ARTS ARTS DE FOUMBAN.

Laisser un commentaire