Home / Architecture  / RDCongo.Kinshasa,concours nouveaux bâtiments d’écoles à matondo première place

RDCongo.Kinshasa,concours nouveaux bâtiments d’écoles à matondo première place

Nouvelles salles de classes à Matondo – Kinshasa République Démocratique du Congo Concours 1ere place  ROBERTO CURZIO, FEDERICO MONICA roberto_curzio@yahoo.it L'annonce Le terme projeter « pour l'Afrique » implique une position de supériorité qui risque de devenir

Nouvelles salles de classes à Matondo – Kinshasa République Démocratique du Congo Concours 1ere place  ROBERTO CURZIO, FEDERICO MONICA roberto_curzio@yahoo.it L’annonce Le terme projeter « pour l’Afrique » implique une position de supériorité qui risque de devenir « assistanat ». Les expériences qu’on a eu la chance de vivre en Afrique nous ont appris que se mettre sur un piédestal nous empêche de profiter de la beauté de la simplicité, de l’intelligence impliquée dans l’acte de l’invention et du courage montré quand on doit se débrouiller. Ceci nous empêche de se surprendre et de s’amuser vis-à-vis des solutions apparemment les plus absurdes, si comparées à la réalité trop rigide de la société occidentale. La condition fondamentale qui est à la base de notre travail ici est par conséquence le fait de ne pas se présenter comme les détenteurs du savoir absolu mais plutôt avec la disponibilité et la curiosité de qui veut apprendre à connaître, mettant en valeur la culture locale qui doit être intégrée à nos propres connaissances de départ. Ce n’est pas intéressant « projeter pour l’Afrique » mais trouver un langage commun sans stéréotypes ou excès de technologies pour « projeter d’une manière Africaine » Les critères précis sur lesquels la définition de ce projet est basé concernent le choix des matériaux qui puissent s’intégrer parfaitement au contexte ; l’utilisation des connaissances et technologies locales ; la flexibilité des espaces ; l’implication des communautés locales ; le prix contenu de constructions ; le recyclage ; la création d’ambiances confortables et efficaces pour qu’elles soient dans la position de dérouler parfaitement les fonctions pour lesquelles elles ont été créés. rdc-kinshasa-concours-nouveaux-batiments-decoles-a-matondo-premiere-place-5   PROJET Le projet architectural et structurel a été développé en prenant en considération différents facteurs comme : les limites des aires d’intervention ; l’orientation des aires selon l’ensoleillement et selon la direction principale du vent ou encore selon l’efficience de la distribution des espaces et des fonctions. Cette analyse nous a amené à choisir une typologie de projet qui puisse résulter efficace sous tous les aspects. Le résultat final prévoit à la place d’un bâtiment unique, une série de corps séparés composés de deux seuls niveaux et séparés par des cours intérieures mais toutes connectées par des balcons couverts. Ce type de projet a ainsi simplifié les phases de constructions et a rendu possible une réalisation par étapes. L’aspect architectural général combine des éléments innovants, des matériaux traditionnels et des couleurs vives en s’appropriant l’hétérogénéité typique de l’esthétique des grandes métropoles africaines. rdc-kinshasa-concours-nouveaux-batiments-decoles-a-matondo-premiere-place-7 FLEXIBILITE Il est fondamentale de raisonner sur la valeur ajoutée que des espaces flexibles et utilisables pour différentes fonctions donnent à une structure comme celle projetée ici, surtout dans des contextes particulièrement vivants et en évolution continue comme ceux de nombreuses villes africaines telle que Kinshasa. Pour cette raison, le rôle de cette école ne sera pas simplement un récipient de services éducatifs mais elle deviendra aussi centre culturel, lieu de rencontres sociales afin de promouvoir la communication et le débat à l’intérieur de la communauté. Sur la base de ces considérations on a évalué la possibilité de maintenir des dimensions limitées pour ce qui concerne l’aire de projet. Nous avons offerts ainsi aux Missionnaires Xavériens et aux dirigeants de l’école l’opportunité d’avoir des espaces classiques qui puissent en même temps se transformer en espaces plus grands pour accueillir différents types d’événement. Cette transformation sera possible grâce à l’étude de murs très particuliers qui sont mobiles et qui peuvent être déplacés facilement pour transformer une salle de classe en un pièce plus grande qui peut être utilisée comme salle de conférence, pour des événements plus importants ou encore pour des fonctions religieuses. Un autre élément de flexibilité qui a été développé est la compatibilité de la structure existante avec de futures expansions de la structure elle même. L’espace résultera, à la fin de la réalisation du projet, presque entièrement bâti. Cependant, il y aura la possibilité d’ajouter une structure externe aux trois salles déjà existantes qui représenterait trois  salles supplémentaires. Ces trois nouvelles salles seraient accessibles avec un balcon lié au bâtiment original. Par conséquent, ce ne sera pas nécessaire de réaliser un nouveau corps de bâtiment avec des escaliers, ce qui permet de baisser les coûts d’expansions éventuelles. rdc-kinshasa-concours-nouveaux-batiments-decoles-a-matondo-premiere-place-8 SOLEIL ET VENT Les critères sur lesquels on a basé le projet prenaient en considération aussi le besoin de créer une ambiance, la plus agréable possible pour les élèves et les professeurs de l’école, dans une situation climatique difficile. D’abord il faut penser que Kinshasa se trouve en proximité de la ligne de l’Équateur. Le choix d’une bonne orientation géographique et le choix d’une structure à corps séparés a permis d’éviter l’exposition des fenêtres au sud ou au nord, ce qui aurait causé une forte insolation. Ces choix ont permis d’un coté d’éviter l’insolation directe des pièces. De l’autre coté, ils ont permis de créer des ouvertures très grandes, jusqu’à avoir des superficies de fenêtres d’environ 23 m² par salle. Ces grandes surfaces permettent une luminosité naturelle majeure et, en même temps, une ventilation plus efficace. rdc-kinshasa-concours-nouveaux-batiments-decoles-a-matondo-premiere-place-2 Pour ce qui concerne la ventilation qui peut favoriser le rafraîchissement naturel, on a suivi le même raisonnement. En suivant les données météorologiques, on a défini la principale direction des vents. Ceci nous a permis de planifier de manière optimale les ouvertures afin de favoriser le passage de courants d’air dans les espaces internes et, surtout, dans le large interstice de couverture. En Afrique, les couvertures des bâtiments sont réalisées en prévalence avec du métal, un matériel qui représente la source la plus forte de réchauffement des pièces. Pour créer une ambiance plus vivable et agréable sans des technologies trop chères ou envahissantes, on a justement adopté un système permettant d’éloigner le toit de l’espace interne des salles avec des voûtes en bois, ce qui créé, un espace qui permet de dissiper la chaleur (une solution déjà traditionnellement adoptée dans ce genre de projets) rdc-kinshasa-concours-nouveaux-batiments-decoles-a-matondo-premiere-place-4 APPROVISIONNEMENT HYDRIQUE ET ELECTRIQUE ET TRAITEMENT DES EAUX – A l’intérieur de l’école de Matondo, les installations techniques n’ont pas pu être réalisés sans prendre en considération les caractéristiques problématiques des pays en développement telles que l’approvisionnement hydrique et électrique et le traitement des eaux. L’installation pour l’approvisionnement hydrique de l’école a été développé en essayant de rendre le système le plus indépendant possible de l’aqueduc public. Pour cette raison, le système a été divisé en deux parties : une partie alimentée directement pas le réseau hydrique de la ville,  l’autre au contraire utilisera de l’eau de pluie qui est à ce but recueillie dans des réservoirs enterrés qui serviront pour rééquilibrer l’approvisionnement pendant les périodes pluvieuses et les périodes sèches. De l’autre coté, l’approvisionnement électrique ne pouvait pas être séparé de l’utilisation des énergies renouvelables comme il avait été demandé dans l’avis de concours. A ce fin, le système énergétique du bâtiment a été doté d’un système photovoltaïque avec une puissance nominale de 3kW. Le projet a été mis à point sur la base de l’irradiation solaire sur Kinshasa. Le camp photovoltaïque a été également relié au réseau publique afin de satisfaire la demande pendant des journées de basse production d’énergie photovoltaïque ou pour satisfaire la demande d’électricité qui resterait malgré la présence de ce système. rdc-kinshasa-concours-nouveaux-batiments-decoles-a-matondo-premiere-place-1 Dans la plus grande partie des pays en développement, l’élimination des eaux civiles a lieu à travers l’absorption naturel dans le sol et elles sont partiellement filtrées par la terre. Au contraire, de vrais systèmes de traitement des déchets organiques de la société sont très rares. Parmi ces rares systèmes, 90 % des cas est représenté par des fosses septiques qui souvent ne fonctionnent pas ou qui ne sont pas à la hauteur des besoins. Pour faire face à ce problème, même étant dans le contexte limité de cette école, on a imaginé la réalisation d’un système de phytodépuration. Le système serait donc invisible. On pourrait marcher sur le système même et les eaux ne monteraient pas à la surface. Ceci permettrait d’éviter les mauvaises odeurs et la présence d’insectes dérangeants. Vu l’espace à disposition, le bassin destiné à la phytodépuration serait sous-dimensionné par rapport aux exigences de dépuration. On a prévu par conséquence la présence d’un puits sans fond qui serait mis en fonction parallèlement au bassin pendant les périodes des pluies ou en cas de quantité d’eaux rentrant élevée. rdc-kinshasa-concours-nouveaux-batiments-decoles-a-matondo-premiere-place-3 RECYCLAGE ET CHANTIERS -L’ ultérieure particularité de ce projet est l’extrême attention envers des thèmes comme le recyclage et la réutilisation qui sont des thèmes avec d’importantes conséquences sur les coûts de réalisation et, en même temps, ils représentent une nouvelle manière de mettre en valeur les habitudes locales. On a réfléchi sur un parcours de construction qui prévoit le destruction de trois anciennes salles afin de construire à leur place le bâtiment hébergeant les services hygiéniques. Ce remplacement a été considérée comme une précieuse ressource économique dans le cadre de ce projet. On a effectivement évalué tous les matériaux possibles qui auraient pu être réutilisables pour la construction de cette nouvelle structure et on a comparé leur quantité avec la quantité de matériel nouveau nécessaire pour la même construction. C’est le cas, par exemple, des débris qui sont restés après la démolition, des feuilles en étain utilisées pour les couvertures, de la structure en bois de l’ancien toit et de tous les finitions et l’ameublement tels que verres, portes, fenêtres, bureaux…

nicouer@yahoo.fr

Architecte diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Consultant en Innovation, Steve est le fondateur et directeur de publication du webmagaine archicaine.

Review overview
NO COMMENTS

Laisser un commentaire